• Histoires de lectures

    Le pouvoir du livre c'est qu'il se promène et fait son travail dans la vie des gens.

    Lise, aujourd'hui en rémission

     

    « Dans ma 25ème année, on m'a diagnostiqué un cancer et j'ai commencé une chimio pendant 6 longs mois. Dès le début mes proches m'ont mis dans les mains le livre de Chloé, qui retrace son expérience avec le cancer. A une époque où j'étais incapable de mettre des mots sur ce qu'il m'arrivait, je me suis reconnue dans chaque mot, dans chaque dessin. Je me disais "mais oui, voilà, c'est exactement ça!". C'est un témoignage vrai qui n'est ni dans le pathos ni dans la frime. Même si la maladie n'est pas la même, l'expérience vécue est très ressemblante. Quand j'ai découvert ce coup de massue d'avoir un cancer à 25 ans, ce livre m'a fait du bien, et ça, ça compte. »

    Aurélie, proche de malade

    « Nénuphar... ou Nenu-phare. Bravo pour le phare, le repère dans la nuit, dans le noir, dans la peur que ton livre sera pour tant d'enfants et tant de grands pendant cette traversée difficile...Ton livre est un pantone, un nuancier de couleurs pour ceux qui ne voient qu'en gris et noir, toi qui a du être verte à l'annonce de la tumeur, rouge de colère tant de fois, toi qui a dû essuyer des bleus à l'âme, et rire jaune aujourd'hui en y repensant. Mais tout cet arc-en-ciel des couleurs et des émotions font ta force et qui tu es aujourd'hui : Quelqu'un à qui on a pris quelque chose, et qui, pour que l'équilibre se fasse, s'évertue à redonner. Bravo. »

    Florence, infirmière d'annonce en service d'oncologie pédiatrique

    « Nous aussi les soignants, nous avons besoin de RAYONS DE SOLEIL pour "dédramatiser", accompagner les patients qu'ils soient enfants, ados, adultes où personnes âgées. Je suis infirmière puéricultrice et j'ai longtemps exercé en milieu hospitalier. Lors de mon dernier poste j'étais en charge des consultations d'annonces et de l'accompagnement des enfants et familles en Cancérologie Pédiatrique.

    Je sais que lors de l'annonce d'un diagnostique grave ou d'une rechute de la maladie la charge émotionnelle est si intense, si lourde, qu'une infime partie des infos données est alors à peine entendue... le monde s'écroule... Pour moi soignante, établir, développer et garder la confiance d'un patient et de ses proches est primordial pour avancer ensemble, se battre ensemble !! En tant que "référente" je dois évaluer la compréhension des infos, les réajuster et les compléter. Le livre de Chloé est alors une aide, un témoignage et support très riche que je peux proposer. Il donne du sens à des mots entendus, à des situations rencontrées ou à venir. Il crée du lien ! Il permet d'aller au devant des questionnements et apporte des réponses avec le SOURIRE ! »

     

    Béatrice, entourage

    Ravie de pouvoir enfin lire ce livre tant attendu. Il n'est pas triste , il est plein de vie, d'humour et d'espoir! Il m'a tellement plu que j'en ai recommandé 4 de plus. Ma nièce, infirmière en a eu un. Ma soeur ophtalmologue aussi ainsi que 2 neveux qui font leur internat pour être médecin généraliste. C'est une bonne approche pour aborder ce sujet lourd et difficile.

    C'est une approche côté patient, avec tout son ressenti, ses craintes, ses doutes et sa force de vie.

    Lisez-le, vous verrez le cancer différemment. Tout est clairement expliqué et dit, sans jargon médical, ce qui permet de comprendre et permet un autre abord. Je suis convaincue que le Nénuphar peut aider des gens dans leur souffrance ainsi que le personnel soignant. Bonne route au Nénuphar et longue vie.

    Docteur Hervé MIGNOT, Equipe d’Appui Départementale en Soins Palliatifs de l’Indre

    J’ai relu Chloé « Le Nénuphar »pour la troisième fois.

    A chaque lecture, je retombe dans votre univers de personne ayant vécu la maladie, fait de douleurs, d’angoisses, de mystères et d’humour. La joie est présente, aussi, d’être en vie, chaque jour et toujours.

    Univers prenant, intime, émouvant, pudique, si proche de la réalité que je côtoie, après presque 30 ans d’investissement en soins palliatifs. Pas de pathos, ni d’amertume ou de sévérité. Un livre bref, léger, vrai, drôle, rock’nroll parfois.

    La vie d’une personne fragilisée par le cancer, exposée à l’état brut avec sa force et sa fragilité, sa beauté et ses laideurs, sans faux-fuyants. Quel bien paradoxalement, nous fait cet ouvrage ! Même à nous médecins. Nous sommes tous des patients qui s’ignorent, aurait dit Knock.

    Je trouverais formidable que « Le Nénuphar »puisse être mis entre beaucoup de mains. Celles de personnes touchées par le cancer, de proches, de soignants aussi et, plus largement, de tous ceux qui, de près ou de loin, ont une responsabilité dans le soin.

    Célia, psychologue en service d'oncologie

    J’ai beaucoup aimé ce petit livre. L’alliance des dessins et des textes forment un ensemble très parlant. Il me semble que pour les patients cela est en mesure de permettre une appropriation du temps de maladie, pas seulement comme une parenthèse mais comme effectivement faisant parti de la vie. Chaque étape est abordée avec un mélange de profondeur et légèreté où le personnel est justement dosé pour permettre à chacun de s’approprier son propre vécu tout en se sentant véritablement accompagné par la mise en image et en mot qui viennent montrer et dire et donc peuvent un peu contenir l’angoisse associée au mot « cancer ».

    Nathalie, entourage et dentiste

    Voici l'histoire de mon nénuphar.... C'est ma cousine qui a un cancer qui m'a donné votre lien et fait suivre votre appel aux dons.

    Qu'y pouvons-nous, nous, spectateurs inquiets ? Que pouvons nous faire pour elle ? Contre la maladie ? Alors j'ai contribué.....et j'ai lu....

    Du cancer je ne connaissais que l'approche médicale: je suis chirurgien-dentiste et avant ma cousine personne de proche autour de moi n'en n'a eu. Votre livre à "humanisé " le cancer.

    Je repense à mon premier (et dernier à ce jour) diagnostic de tumeur maxillaire; c'était il y a 13 ans, j'étais toute jeune dentiste et je me souviens de cet homme, il fallait faire vite, l'adresser au bon service sans l'inquiéter pour rien, ce n'était pas à moi de faire ni les examens ni l'annonce. Je le revois régulièrement, je l'ai appareillé. Le prochain patient trouvera dans ma salle d'attente un nénuphar !

All Posts
×